un compteur gratuit pour votre site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 avril 2019

JE M'INTERROGE....

"JE M'INTERROGE...."

Billet de  François VAN DE VILLE

institutions.jpg- Dans l'esprit "gaullien" de nos institutions, il appartient au Président, conformément à ses engagements initiaux qui l'ont conduit à devoir assumer cette charge qui lui a été confiée, de fixer les grandes orientations que doit suivre le gouvernement qu'il a nommé, et il appartient ensuite à ce gouvernement d'arrêter et d'annoncer les mesures précises qu'il prendra dans ce cadre.

Sans préjuger de la communication présidentielle annoncée pour ce jeudi 25 Avril, ni de son contenu, il y a, à mes yeux, un grand absent dans cet exposé : le gouvernement lui-même.

Que l'on entende prioritairement, de la part du Président, les grandes orientations fixées à la lumière nouvelle des évènements de ces derniers mois et du "grand débat" qui s'en est suivi, cela me parait normal et essentiel. Mais force est d'admettre que la population attend prioritairement les décisions qui vont être prises pour répondre aux attentes exprimées un peu partout et sous toutes formes.

Qui, en fait, va annoncer demain, dans le détail, les mesures prises, les arbitrages rendus, les décisions attendues ? Normalement ce devrait être le gouvernement lui-même, par la bouche du Premier Ministre qui va les mettre en œuvre.

Or, selon toute apparence, c'est le Président lui-même qui va descendre dans le "menu fretin" des chiffrages, des modalités d'application, et des mesures pratiques que prendra son gouvernement.

Oui, je m'interroge.

Est-ce là, dans l'esprit de nos institutions, le rôle du Président ? Est-ce son rôle de se justifier, de justifier chaque chiffre ou chaque future mesure qui sera prise ? J'en doute.

Le Président doit rester dans son rôle de "guide" ou "d'arbitre suprême" dont le rôle et la mission sont de donner les orientations, les impulsions, au besoin les corriger quand nécessaire, mais le Président n'a pas à s'exposer directement lui-même et en personne dans le détail des diverses observations, ou contestations qui ne manqueront pas de s'élever autour des chiffres pris en considération ou des mesures prises en conséquence.

Je regrette cette confusion des genres et ce non respect de nos institutions : ce n'est pas sans risque pour lui, ni sans risque pour nos institutions elles-mêmes.

Dommage !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.