un compteur gratuit pour votre site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 octobre 2019

LA GUERRE TURCO-KURDE

"LA GUERRE TURCO-KURDE"

Billet de  François VAN DE VILLE

Turco-kurde.jpgAprès la soudaine décision totalement dingue de Mr Trump - une de plus auxquelles il faut désormais s'habituer - d'abandonner les forces kurdes face à la menace armée turque qui a décidé de les décimer malgré leurs contributions décisives dans la lutte contre Daech, la France doit faire face aujourd'hui à cette offensive militaire turque qui menace de déstabiliser un peu plus encore le nord-est déjà très ravagé de la Syrie. 

Hier, déjà, l’État islamique (EI) profitant de cet abandon soudain des kurdes par les USA, a revendiqué un premier attentat suicide contre le conseil militaire de Raqqa - ancienne "capitale" syrienne de son califat - sans faire de victimes assurent les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), coalition de combattants kurdes et arabes.

La nouvelle serait passée inaperçue il y a quelques jours encore si elle ne survenait pas dans un contexte particulier : celui de l’offensive lancée par la Turquie dans le nord-est syrien contre les positions armées du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PTK) considéré par Ankara, et son Président dictateur Erdogan, comme "terroriste".

Il nous faut hélas constater que la chute de Raqqa, comme celle de Mossoul en Irak, n’a pas coupé totalement la racine du mal : "l’hydre islamiste" - pour reprendre l’expression du Président Macron - respire encore au Moyen-Orient et, quoique diminuée, elle continue de frapper.

Il faut avoir à l’esprit ce combat car, aussi loin qu’il puisse paraître, il nous touche directement. Les FDS tiennent à bout de bras une région proche du chaos. Plus encore, elles gardent sous clé, au grand soulagement coupable des capitales européennes, des milliers de prisonniers jihadistes - dont de très nombreux français - et qui ne rêvent, pour beaucoup, que de rejoindre les rangs de l’EI.

Tous ces efforts sont aujourd’hui mis au rebut par la décision de Mr Trump. L’opération turque aussitôt entreprise balaie toutes les cartes. Le président turc Erdogan, récemment affaibli par sa défaite électorale et qui cherche à se refaire une "santé politique", demeuré pourtant apparemment tout aussi cynique en diable, va jusqu’à affirmer que son coup de force va "ramener la stabilité" dans le nord-est syrien, et permettre le retour de deux millions de réfugiés.

De qui se moque-t-il ?

Une catastrophe humanitaire est en marche. Couverte par les atermoiements de Mr Trump - de jour en jour de plus en plus fantasque et incontrôlable - gouverné désormais par une folle obsession limbique dévastatrice.

Emmanuel Macron a annoncé hier, de son côté, saisir le Conseil de sécurité de l’ONU : il en a fait part aux représentants kurdes, qu'il a immédiatement reçus, de sa profonde préoccupation. Mais chacun sait qu'aucune préoccupation n’a jamais empêché les guerres : elle a même servi bien plus souvent à s’en laver les mains.

La France se devrait d'intervenir en force, au sein de l'ONU où elle siège en permanence, en faisant adopter une résolution créant sur place une zone de non-droit à tout survol aérien et à laquelle elle pourrait apporter son concours pour empêcher le pouvoir turc de bombarder les populations kurdes situées en Syrie, principales alliées, ô combien fidèles et efficaces, dans notre lutte commune contre l'état islamique et Daech.

C'est un devoir de sauvegarde impérieux.

Oui, nous sommes bien sous la menace d'une guerre dont les récents événements en France, jusqu'au cœur même de nos institutions, démontrent qu'elle nous concerne tous. Oui, peut-être sommes-nous déjà bien en guerre.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.