un compteur gratuit pour votre site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 février 2020

CACOPHONIES & IMPUISSANCES

Billet de  François VAN DE VILLE

politique,faits de société- Le spectacle de l'Assemblée Nationale, bloquée actuellement par plus de 40.000 amendements - majoritairement jumeaux les uns des autres - rédigés par moins d'une vingtaine de députés ("insoumis" et quelques "communistes") est non seulement consternant, mais il est une véritable menace pour notre démocratie et nos institutions.

Pour les "insoumis", il ne s’agit pas moins d’importer au sein de l’Assemblée Nationale les pratiques de la lutte sociale, telle qu'on la voit vulgairement dans la rue, au détriment même de tout débat, même préalable à l'écriture de la Loi.
  
Cette bataille rangée autour de la réforme des retraites a tout pour dégrader encore la déjà triste image que les Français ont de la classe politique.

Du côté du gouvernement, celui-ci présente un projet aux intentions certes louables ("équité", "efficacité", etc...), mais on ne peut plus mal fagoté, mal conduit, mal expliqué et si mal négocié, illisible et incompréhensible pour tous, et désordonné dans une présentation incomplète puisqu'il lui manque le volet "financement".... remis à plus tard.

Du côté des oppositions, l’occasion lui semble rêvée de faire chuter le Président sur cette réforme, de le faire trébucher, lui qui s’était invité en 2017 au cœur de l’exécutif en "s’essuyant les pieds" sur le monde politique en place. De quoi lui faire payer aujourd'hui ses réformes,  cependant réussies pour l'immense majorité d'entr'elles en quelques mois, et que même l’épisode "Gilets Jaunes" n'a pu entraver.

La droite républicaine, elle, relève la tête et elle instruit le procès en amateurisme du "macronisme", en attendant son heure électorale. La gauche de gouvernement, elle, n’en est pas encore là : elle se bat pour surtout ne pas disparaître totalement. Et quant à la gauche radicale (celle des "insoumis" surtout, que rejoint parfois le PC comme je le disais plus haut), elle se déchaîne contre le pouvoir en place dans une obstruction jamais vue à l’Assemblée Nationale qui peut mener jusqu'à certains désordres oratoires regrettables tant les nerfs des députés deviennent à vif.

La tactique des "insoumis" est donc d’importer dans l’Hémicycle le style et la virulence des manifestations de rue. Il ne s’agit pas, serait-ce même avec véhémence, de combattre un texte par l’argumentation : non ! (Ce serait trop beau !). Il s’agit d’empêcher toute discussion, et de rendre le vote de la réforme impossible, hors de l’emploi du 49-3, ce moyen pour le gouvernement de faire passer un texte sans vote, arme redoutable mais à double tranchant.

Le feuilleton de cette réforme bloquée donc par une poignée seulement des 577 députés ne sert pas ses metteurs en scène (les "insoumis"), ni les acteurs (majorité et oppositions surexcitées) : il sert surtout ceux qui parlent peu, mais ressassent toujours les mêmes discours.

Le spectacle de l’impuissance et de la cacophonie finit toujours par provoquer un irrépressible besoin d’ordre. Marine Le Pen le sait : mais elle reste discrète et attend patiemment son heure.

Mais cette partie de la classe politique, celle la plus éructante, réalise-t-elle qu'elle travaille aujourd'hui, surtout, pour Mme Le Pen, et elle seule ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.