un compteur gratuit pour votre site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 avril 2007

COMMENT VOTER au 2nd TOUR ?

medium_images.60.jpgCOMMENT VOTER quand on avait misé sur BAYROU ?

Questions que j’entends de partout et, particulièrement, depuis la prise de position (strictement personnelle) en faveur de Nicolas SARKOSY de mon ami Yvan LACHAUD, Député UDF du GARD : ”Peut-on voter SARKOZY au second tour quand on a voté BAYROU au premier ? Peut-on voter ROYAL quand on a voté BAYROU ? Après avoir voté BAYROU et écouté son refus de donner des consignes de vote, la logique ne se réduit-elle pas en une alternative dont une branche est l’abstention et l’autre un vote blanc ou délibérément nul, en glissant une feuille de couleur orange, par exemple”

Ayant apporté ma voix et mon soutien plus qu’actif à mon autre ami (de longue date), François BAYROU, je suis tenté de répondre "oui” aux trois questions.

Signe d’indécision ? NON. Signe de mollesse ? NON. Signe de ce  réflexe centriste du ”cul entre deux chaises” ? NON. Comme dit BAYROU en souriant, d’ailleurs, ”il n’y a plus deux chaises mais il y en a trois !”. Signe d’embarras ? OUI

L’embarras se comprend, en effet. Les ”supporters" et les ”inconditionnels” de l'une ou de l'autre ont bien de la chance, surtout s'ils agissent plus par réflexe que par réflexion...

J’ai voté BAYROU par conviction, par totale convergence de vue avec lui sur les constats de réalité  faits par lui, sur les propositions contenues dans son projet, sur sa volonté de s’attaquer aux problèmes par des réformes structurelles et institutionnelles. En mettant fin à un ”système usé” et à des pratiques politiques indignes d’une Démocratie authentique et moderne. NON à la dette et au surendettement du pays. NON au déficit démocratique de la Nation. NON à la culture des peurs et des réflexes de repli sur soi…

J’ai voté BAYROU par identité de valeurs et d’aspirations, non dans des discours mais dans des actions en profondeur, audacieuses et cohérentes pour  lier la Liberté et l’Égalité (ces deux aspirations contradictoires) par une Fraternité recouvrée et réinventée, ce qui implique de remettre l’Homme et les principe d’Humanité au cœur de toute action.   Réconcilier l’État (à rendre ”impartial”) avec les citoyens. Sortir la République de ses ornières monarchistes, antidémocratiques, oligarchiques et démagogiques.  Réconcilier la Nation et la Société. Reconstituer des liens sociaux forts pour recoudre un tissu social déchiré. Redonner à la France une influence qu’elle n’a plus en Europe et dans le monde, ce qui passe par un regain de fierté d’être Français, sans arrogance, sans nombrilisme et sans cet "escargotisme” (Daniel RIOT) si dévastateur. 

Mais j’ai aussi voté pour BAYROU en raison  des vertiges citoyens qu’ont provoqués chez moi les deux autres candidats en ”flèche”, les représentants des deux citadelles coresponsables de la situation actuelle de la France, des conditions de vie des Français depuis si longtemps et porteurs de périls graves :
• démocratiques, moraux et sociétaux, sociaux et… européens pour Nicolas SARKOZY, si inspiré par les néo-conservateurs anglo-saxons à la sauce néo-bonapartiste (cela n’est en rien un procès d’opinion !…)
• économiques, financiers et sociaux et… européens  pour Ségolène Royale, si prisonnière des archaïsmes de pensée d’un P.S. qui n’a pas su tirer leçons de ses échecs (pas seulement électoraux) de l’ère Jospin et se dépouiller d’idéologies d’un autre âge qui ont partout provoqué des catastrophes. Une partie de la gauche considère toujours que  ”social-démocrate” = “social-traître” a réussi à transformer ”libéral” en gros mot, ”européen” en insulte et ”mondialisation” en diabolisation généralisée…

De plus, ni Mr SARKOZY, qui a trop montré ses faiblesses et ses aspects pervers malgré ses jeux d’excellent comédien, ni Mme ROYAL, qui a trop démontré son caractère versatile,  ne me paraissaient dignes d’assumer sereinement les fonctions régaliennes que doit assumer le locataire de l’Élysée au nom des Français…

Là, nous sommes dans le jugement subjectif, intuitif même. Mais une élection, c’est un contrat de confiance : j’ai signé avec BAYROU. Je ne signerai pas en toute liberté de choix avec ses deux concurrents sélectionnés au premier tour…

Ce dernier constat à lui seul pourrait rendre légitime un vote blanc (ou nul selon la loi actuelle que BAYROU voulait changer) ou une abstention au deuxième tour.

Le vieil adage ”au premier tour on choisit, au deuxième on élimine” a trop montré sa perversité. En 2002 notamment : quel est le vainqueur qui n’instrumentaliserait pas les voix dont il a bénéficié par refus, par défaut, par choix ”entre deux maux” ? C’est en cela (et en cela seulement) que le slogan ”élection piège à cons” a du sens… Mais quel autre système présente-t-il des pièges moins redoutables ? Trop de gens dans le monde se battent encore pour avoir le droit de vote pour que celui-ci ne soit pas aussi un devoir…

Mais, à partir de ces constats, chacun doit se sentir libre et RESPONSABLE de son choix.  C’est cela la ”liberté de vote” (qui existe de toutes façons, les voix n’appartenant qu’à ceux qui les donnent et non à ceux qui les reçoivent)…

La responsabilité consiste donc à savoir imaginer toutes les conséquences directes et indirectes de son vote (ou de son non-choix). Pour soi-même, pour les valeurs qu’on prétend porter, pour la ”sensibilité politique” que l’on peut avoir.

Très franchement, je ne sais pas encore quel bulletin je glisserai dans l’urne le 6 Mai prochain. La campagne est faite pour affiner les jugements, bien peser tous les arguments. Le débat de ce samedi matin (qui a constitué une grande première, qui n’avait rien d’antidémocratique, contrairement à ce qu’affirme Mr SARKOZY, et a même été un apport important dans le sens d’une plus grande clarté des projets respectifs des uns et des autres), puis le face à face du 2 mai auront peut-être une influence.

Deux certitudes, en attendant :

• Je ne perdrai jamais de vue les raisons qui m’ont fait voter BAYROU.

• Je sais déjà ensuite que, quelque soit le résultat de la Présidentielle, l’exigence et l’espoir incarnés par BAYROU doivent se traduire aux Législatives par des votes d'intelligence, de contre-pouvoir constructif et de volonté de rénovation de la vie politique. Ce n’est pas là ”se montrer de droite si la gauche gagne et de gauche si la droite l’emporte” (comme a ironisé Mr SARKOZY). C’est se montrer fidèle à la démarche ”centrale” de François BAYROU et progresser sur le chemin, difficile mais indispensable, de la ”révolution tranquille, sereine et responsable” mise au programme du Parti Démocrate.

jeudi, 26 avril 2007

LES FAUX NEZ

medium_images.59.jpgIls sont de droite : c’est leur choix. Qu'ils l'assument !

Être de droite n'est pas une maladie honteuse. Ce qui est honteux c'est de tricher avec soi-même et avec les autres... Ils n’ont pas à se donner des faux nez et les masques d’un centrisme qui n’a rien de central. Surtout quand ils adhèrent à un ”projet de société” qui n’est en rien libéral, humaniste, chrétien-démocrate mais inspiré par un ”néo-conservatisme” à la mode bonapartiste. Et teintée d'idées qui, voilà peu de temps encore, étaient propagées par ces ”extrémismes” que CHIRAC a tant condamnés avec raison.

À chacun son opinion et ses options. Il n’y a pas ”deux France”, mais une France plurielle. Le ”ni de droite ni de gauche”  de François BAYROU est un ”au-dessus de la droite et de la gauche”. En dehors surtout du chant des sirènes de la démagogie et des jeux politiques qui tiennent de bals masqués, des jeux de marionnettes et des spectacles de rôles…

Combien sont-ils parmi les sept millions d'électeurs centristes de François BAYROU à pouvoir voter Nicolas SARKOZY le 6 mai ? Les sondages (toujours à prendre avec des pincettes) répondent : ±40 %. Ce qui laisse entendre que les autres électeurs (±60%) préféreraient ou glisser dans l'urne un bulletin socialiste ou voter blanc. C'est un constat. C'est un fait.

Le candidat de l'UMP va donc, logiquement, tenter d'augmenter cette part en donnant à son discours des accents plus humanistes, plus généreux, plus "social", plus aptes à conquérir les centristes. Il s'y est employé, dès dimanche, en proposant ”un nouveau rêve français” et en promettant de ”protéger les Français (…) qui ont peur de l'avenir, qui se sentent fragiles, vulnérables, qui trouvent la vie de plus en plus lourde, de plus en plus dure”. L’anxiogène se veut rassurant et entame sa campagne avec un mot d’ordre : ”dédiabolisez-moi”.

Les rôles sont partagés au sein des droitistes du centre de l’UMP. L'ancien premier ministre Jean-Pierre RAFFARIN, dans son rôle préféré : il va jouer les ”Monsieur bons offices” pour faire vivre l'idée du ”rassemblement élargi” autour de Mr SARKOZY. ”Nous voulons gouverner avec une majorité ouverte, avec plusieurs pôles, y compris avec des gens de gauche”, affirme cet ex-UDF artisan de la création de l'UMP en 2002.

L'ancien chef du gouvernement (de droite) promet, sans plus de précision, des ralliements également à gauche à la suite de celui, dimanche soir, d'Éric BESSON, l'ancien secrétaire national à l'économie du Parti socialiste.

Aux cotés de RAFFARIN : Jean-Louis BORLOO. Lui promet des carottes à la crème à tous les lapins gourmands… En cirant les chaussures de François BAYROU : ”le message extrêmement important (du score de Mr BAYROU), c'est que, sur un certain nombre de sujets, les gens qui n'ont pas exactement les mêmes idées puissent travailler ensemble. C'est à l'évidence une ouverture politique”

Gilles DE ROBIEN, seul ministre centriste du quinquennat de Jacques CHIRAC, lui, se glisse dans la peau du Croisé vengeur et du sergent recruteur. Sa  mission : convaincre les deux tiers des 29 députés UDF de soutenir Mr SARKOZY, en échange d'une clause de non-concurrence de l'UMP dans leur circonscription. L'objectif est ”d'assécher” la représentation de l'UDF à l'Assemblée Nationale pour l'empêcher de constituer un groupe autonome. Du débauchage, un par un. Du chantage pour tous. Des promesses en veux-tu en voilà. Il va même jusqu’à s’engager à garantir aux ”ralliés” une ”indépendance de jugement et de vote” à l’égard de l’UMP. Que c’est beau !

Pour cause : avec des candidats dans toutes les circonscriptions, l’UDF métamorphosée en ”Parti Démocrate” peut sérieusement jouer les ”empêcheurs de paraître en rond”, même avec un scrutin majoritaire à deux tours. Avec 21% sur Paris et plus de 22% sur Strasbourg, par exemple ! Bien des triangulaires peuvent créer des surprises désagréables pour les tenants de ce faux bipartisme qui, à force de diviser la France en deux, la coupe en tranches… et la lamine depuis 25 ans.

Comme l’écrit Daniel RIOT dans un éditorial : ”La vie continue. Et la démocratie est un jardin qui ne se cultive pas que les jours de scrutin”.

mardi, 24 avril 2007

UN MILITANT DE BASE S'EXPRIME

À mon tour de préciser la position d'un militant de base qui ne veut surtout pas que tout ce qui a été fait depuis quelques mois n'ait servi à rien ou si peu.

Aujourd'hui nous appartenons à une famille politique qui existe réellement par elle-même et qui a fait la preuve sur le terrain qu'elle commençait à s'enraciner dans la vie de nos compatriotes. C'est la raison pour laquelle j'ai beaucoup apprécié la réaction de François Bayrou dimanche soir, qui a confirmé que nous pouvions compter sur lui pour garder et amplifier le socle sur lequel notre formation politique est assise.

C'est d'ailleurs le discours attendu par nombre de militants et d'électeurs qui ne souhaitent pas un ralliement pour l'un ou l'autre des 2 candidats. Il paraît impensable en effet que nous soutenions un candidat qui s'est clairement placé sur la droite de la droite de l'échiquier politique pour récupérer les voix du FN. Pauvre Mme Veil : qu'attend elle de Mr Sarkozy? Je ne cite qu'elle, tellement les autres UDF ralliés sont insignifiants et pathétiques, au même titre que Besson autre traître à qui la devise " plutôt mourir que se déshonorer" est à mille lieues de son petit esprit.

En ce qui concerne la candidate socialiste, le contexte est un peu différent : il est évidemment surréaliste d'envisager un rapprochement sur la base d'une union de la gauche reconstituée avec Mme Buffet, du haut de ses 1,8% des voix, comme gardien du temple. Malgré tout il y a quand même davantage de points de convergence entre les programmes de François Bayrou et de Ségolène Royal. C'est problablement insuffisant pour appeler à voter pour elle, mais c'est quand même un début pour l'avenir, surtout si Sarkozy est élu.

J'en viens donc à ma grande inquiétude et à celle de nombre de nos amis militants : il y a malheureusement de plus en plus de fissures dans la faible carapace de certains de nos élus. J'ai cru comprendre que Sarkozy serait reçu ce soir très, très cordialement par un édile important de l'UDF à Rouen. J'ai aussi entendu çà et là que des députés UDF commençaient à céder aux sirènes venues de l'UMP afin de sauver leur siège ou leur municipalité. J'espère que tout cela n'est que ragots de journalistes.

De toutes façons, nous allons bientôt savoir et je suis certain que François Bayrou saura faire le nécessaire pour pouvoir capitaliser sur les presque 19% de voix obtenues dimanche dernier. Il saura, j'en suis sûr, rappeler à ses élus que la fidélité aux idées est, et doit être, une valeur capitale chez nous et que les plus grandes victoires sont toujours celles obtenues dans la difficulté.

Une de nos amies qui a passé beaucoup de temps sur les marchés ces dernières semaines me demandait très récemment si nous pouvions avoir confiance : je lui ai bien entendu répondu que oui. Notre candidat a toujours su faire preuve de courage : il a refusé la soumission à la loi du plus fort il y a cinq ans, il a refusé un portefeuille prestigieux. Bref il a refusé de faire allégeance ce qui n'a pas été le cas de tous les membres de son groupe parlementaire.

Dans ces conditions je suis de ceux qui pensent que certains doivent se déterminer rapidement et franchement et que leur adhésion au nouveau parti appelé à remplacer l'UDF soit conditionnée à une discipline de parti. Il y a sans doute à l'UDF quelques militants prêts à prendre des responsabilités sur des bases claires, et je suis certain que le nouveau parti démocrate social (peu importe son nom) a tout à y gagner.

Voilà quelques pensées très personnelles sur les évolutions à venir de notre mouvement. Je ne suis certes qu'un modeste adhérent, mais je crois savoir que mon opinion est partagée par beaucoup qui n'osent pas l'exprimer. Je souhaite même qu'elle soit transmise en haut lieu et que nous soyons très nombreux à faire cette démarche.

Un dernier mot : je suis un adepte de la formule " res, non verba". Pour ceux qui n'ont pas fait de latin je traduis : des réalités, non des mots.

Michel ESCATAFAL

lundi, 16 avril 2007

LETTRE OUVERTE

Lettre Ouverte.rtf

NÎMES, le 16 AVRIL 2007


Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Chers amis, chères amies,


La FRANCE connaît actuellement une crise profonde que sept alternances successives n’ont pas réglée :

• un chômage touchant 4,5 millions de personnes

• un endettement de plus de 2.000 milliards d’euros (si l’on tient compte de la retraite des fonctionnaires non provisionnée)

• un pouvoir d’achat en baisse

• une compétitivité économique dégradée

• des banlieues en crise

• des services publics qui abandonnent progressivement les zones rurales

• l’Europe en panne de projet et qui se construit sans la FRANCE


Alors que la FRANCE a tout pour réussir, voici qu’elle doute d’elle-même, de sa capacité à affronter l’avenir, de demeurer l’une des grandes nations du XXIème siècle.


Dans cette situation de crise particulière, il faut une démarche politique nouvelle : c’est ce que propose François BAYROU.


Comme le Général DE GAULLE et Pierre MENDÈS-FRANCE ont su le faire avant lui quand l’état de la FRANCE l’exigeait, François BAYROU veut RASSEMBLER, plutôt que diviser, rassembler des hommes et des femmes issus de la gauche moderne et de la droite modérée, tous libérés du carcan des partis pour, qu’ENSEMBLE, ils et elles travaillent à des solutions plutôt que persévérer dans un affrontement idéologique qui a largement démontré sa stérilité sur ces 25 dernières années.


Une grande majorité de Français - qu’ils soient de droite, de gauche ou sans étiquette - pense qu’il faut une économie de marché performante et des politiques de solidarité et que les deux sont liées.


François BAYROU veut nous rassembler autour d’un PROJET, projet auquel je crois et auquel j’adhère sans réserves :

• c’est une politique d’égalité qui redonne à chaque Français les mêmes chances de réussir, quelle que soit sa condition sociale.

• c’est l’éducation, l’université et la formation qui deviendront une priorité absolue. C’est se fixer pour objectif que tous les enfants sachent lire, écrire et compter en 6ème.

• c’est un pays qui donne aux petites et moyennes entreprises la possibilité de se développer et donc de créer de l’emploi avec des mesures simples et dont l’efficacité est reconnue de la majorité des experts économiques.


Comme François BAYROU, nous voulons une République remise en ordre et où les politiques donneront l’exemple, où la responsabilité retrouvera un sens, la dépense publique enfin maîtrisée et mieux contrôlée. Un gouvernement de moins de 20 Ministres, un cumul des mandats enfin interdit, des parlementaires rémunérés en fonction de leur présence aux séances des Assemblées.


L’État et les services publics seront là où les Français en ont besoin et non plus uniquement dans les seuls quartiers nantis et déjà sécurisés. Le monde rural ne doit plus être abandonné.


La FRANCE est fragile : elle est aujourd’hui menacée d’éclatement. Il faut un Président qui rassemble et non un Président qui oppose les catégories de Français les unes contre les autres.


La FRANCE a un message qu’elle doit porter en Europe et dans le monde : il faut un Président qui soit à la hauteur de la situation.


La FRANCE est inquiète : il faut un Président qui la rassure.


Je crois profondément que François BAYROU est celui qui peut tous nous rassembler, représenter notre pays et rassurer nos compatriotes.


En 2002, les Français voulaient que les choses changent : Jean-Marie LE PEN a été porté au second tour contre Jacques CHIRAC. Çà n’a servi à rien et rien n’a changé, tout au contraire.


En 2007, en votant François BAYROU, vous affirmerez votre refus que la FRANCE continue sur le même chemin. Vous affirmerez votre désir d’une République nouvelle, pacifiée, qui s’attaque enfin aux vrais problèmes de la Nation, qui s’attaque à vos difficultés quotidiennes, plutôt que de chercher à satisfaire des appareils des partis, quels qu’ils soient, et les ambitions personnelles.


Voter pour François BAYROU, c’est donc donner une chance de faire bouger la FRANCE en faisant bouger nos lignes de pensée.


C’est ce que je crois. C’est ce que je souhaitais partager avec vous.


Je vous prie de croire, Madame, Mademoiselle, Monsieur, chers amis, chères amies, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.


François VAN DE VILLE



samedi, 14 avril 2007

L'AVERTISSEMENT de ROCARD

medium_image_27211930.jpg”Voter BAYROU, c’est s’opposer à l’extrême droitisation du candidat de l’UMP et c’est faire un pari gaullien du redressement de la France par le rassemblement des Français”

Michel ROCARD sait ce qu’il dit. “Elle ne peut pas gagner”, lâche-t-il, avec regret, en parlant de Mme ROYAL.

Les derniers sondages sur les intentions de vote lui donnent raison, les études sur les lignes de forces de l’opinion aussi. C’est sociologique autant que politique. Même si les R.G. démentent les informations données par le Nouvel Obs, l’éventualité d’une élimination de Mme ROYAL dès le premier tour est de plus en plus crédible. Selon certaines analyses, elle n’arriverait que quatrième derrière SARKOZY, BAYROU et LE PEN. Cela fait peur effectivement ! Mais cela se comprend…

Comme l'exprime fort bien le journaliste Daniel RIOT : Mme ROYAL a fait la meilleure campagne qu’elle pouvait faire, c’est-à-dire la moins mauvaise possible dans les conditions de sa sélection en interne. Le P.S. paye la lourde facture de deux analyses de fond manquées :

• celle de l’échec de JOSPIN (à cause du P.S. et non des voix perdues sur CHEVÈNEMENT et TAUBIRA)

• celle de la victoire du Non au référendum à cause d’un P.S. qui a fait pencher la balance d’une façon décisive offrant ainsi à l’ultra-gauche et à l’extrême droite une victoire que ces deux camps revendiquent en toute irresponsabilité…(Merci FABIUS !)

 Résultats : un programme du P.S. incohérent, des propositions présidentielles inconsistantes, une campagne en dents de scie, des thèmes qui ont fait le jeu d’une droitisation extrême de l’UMP, une absence totale de crédibilité économique et sociale, un grand flou sur les orientations européennes et internationales, un mystère total sur les conditions dans lesquelles elle pourrait Présider avec une majorité de gauche minée d’avance par des divisions internes… de fond.

Ce n’est pas en jouant à la fois sur ses qualités de séduction féminine si bien exploitée (d’une manière même parfois sexiste) dans les magazines pendant la campagne interne du P.S. et sur les réflexes machistes dont elle n’a pas été victime (c’est heureux !), mais qu’elle a mis en avant en jouant maladroitement sur une parano cultivée qu’elle pouvait redresser la situation… Elle avait été élue par les supporters (et non les militants) du P.S. parce qu’elle avait réussi à faire croire (avec la complicité de François HOLLANDE et de la plupart des responsables de Fédérations) qu’elle était la seule à pouvoir battre SARKOZY. A huit jours du premier tour, elle apparaît (et pas seulement dans les sondages) comme celle qui serait battue d’office par SARKOZY.

On aurait pu souhaiter une femme à l’Élysée. Mais ne voter pour une femme  que parce qu’elle est femme serait une attitude bien discriminatoire, ségrégationniste, sexiste. Un réflexe ”sarkozien” si l’on peut dire dans les logiques perverses de la ”discrimination positive” et de la… ”sélection choisie”.

Mme ROYAL a du pouvoir une vision mystique, un peu comme Mr SARKOZY. Mais si celui qui veut ”décomplexer la droite” en jouant avec le feu de l’extrêmisme fait peur parce qu’on sait où il est capable d’aller, dans une ”tout est possible”, même le plus ignoble, la Présidente du Poitou-Charentes inquiète parce que personne se sait où elle va et où elle irait.

Dans ces conditions, Michel ROCARD voit juste et le dit bien. Avec ce même courage qu’avait MENDÈS-FRANCE. Avec cet esprit de Résistance qui est la première des qualités politiques. Avec cet amour de la France et son souci des Français qui différencie les politiciens et les Hommes d’État.

Michel ROCARD n’a jamais incarné la ”deuxième gauche”, mais la première : celle qui rassemble celles et ceux qui fondent leurs politiques sur des analyses sérieuses de l’Histoire et de ses évolutions, des réalités d’aujourd’hui et de l’anticipation des impératifs de demain.

En fait, si le P.S. voulait entendre l’avertissement de ROCARD dans toute sa gravité et son ampleur, Mme ROYAL devrait se retirer maintenant de la compétition.

Les socialistes sont prévenus.

DERNIÈRE MINUTE : au moment de mettre en ligne ce papier, j'apprends qu'à son tour Mr Bernard KOUCHNER, ancien Ministre socialiste de la Santé et humanitaire mondialement connu, lui-même proche de Mme ROYAL dans son équipe de campagne, a rejoint dans un appel la position de Mr ROCARD. Il semble que Mme ROYAL a de plus en plus de soucis à se faire.

jeudi, 12 avril 2007

L'EXPLOIT de SARKOZY

medium_images.52.jpgRendre LE PEN… «modéré» !

Il fallait le faire ! Il eut mieux valu ne point le faire… Mais SARKOZY l’avoue lui-même, en privé (selon le Nouvel Obs) : «au deuxième tour, je suis sûr de l’emporter quel que soit le cas de figure car ni ROYAL ni BAYROU n’auront les voix des extrêmes gauches alors que moi, j’aurai celles de l’extrême droite !».

Il est vrai aussi que d’autres sondages révélés par le "Canard Enchaîné" et commandés par le Ministère de l’Intérieur (avant l’arrivée de BAROUIN) donne quelques sueurs froides dans l’équipe de Mr SARKOZY : bien des sondés qui disent «vouloir voter SARKOZY» voteraient en fait LE PEN…. Ce qui modifierait bien des pronostics. Quelques experts n’excluent pas un duel BAYROU-LE PEN ! Après tout ce serait la résultante de la majorité actuelle : celle qui en ont assez du «système», d’un système de fausses alternances….

D’où les surenchères «nationalistes» chez SARKOZY, d’où aussi l’obsession «identitaire» et les «dérapages» ou les aveux, sur les terrains glissants des idéologies «neuro-populistes» et des promesses on ne peut plus démagogiques. SARKOZY joue ce qui lui fait gagner des points dans les sondages : ce que savait faire Ségolène jusqu’à y noyer son âme…

"Napoléon SARKOZY".... Un mégalo sommeille chez tous les paranos....

Du coup, le candidat du Front national Jean-Marie LE PEN prend le masque du «bon petit père» moins anxiogène que le «gamin dévoré d’ambitions» de Neuilly, ce Rastignac 2007 d’une république qu’il rêve impériale…

«Vous êtes des Français à part entière» lance Jean-Marie LE PEN aux jeunes d’Argenteuil. En faisant passer l’ex-Ministre de l’Intérieur pour un dégonflé sinon pour un lâche. Et il est bien d’indulgence teintée de pitié pour les dernières déclarations de SARKOZY… La pédophilie inscrite dans les gênes ? Le candidat UMP «a repris les vieilles thèses du XIXe siècle sur le criminel-né». La citoyenneté française pour toutes les femmes martyrisées du monde ?  « On est là dans le domaine ubuesque»...

Les surenchères identitaires de SARKOZY ? De la surcompensation renchérit LE PEN…. «C'est un candidat qui vient de l'immigration, moi je suis un candidat du terroir. C'est vrai qu'il y a une différence, un choix qui peut être considéré comme fondamental par un certain nombre de Français», a-t-il déclaré en faisant allusion à ses origines hongroises, dont il s’est «lui-même servi comme argument pendant la campagne»

Quoi qu’il arrive SARKOZY aura déjà réussi à dédiaboliser LE PEN.

Que disait-il déjà Jacques CHIRAC en faisant ses adieux ? Ah !Oui … «Ne composez jamais avec l'extrémisme, le racisme, l'antisémitisme ou le rejet de l'autre. Dans notre histoire, l'extrémisme a déjà failli nous conduire à l'abîme. C'est un poison. Il divise. Il pervertit, il détruit. Tout dans l'âme de la France dit non à l'extrémisme.

«Le vrai combat de la France, le beau combat de la France, c'est celui de l'unité, c'est celui de la cohésion. Oui, nos valeurs ont un sens ! Oui, la France est riche de sa diversité ! Oui, l'honneur de la politique, c'est d'agir d'abord pour l'égalité des chances ! C'est de permettre à chacun, à chaque jeune, d'avoir sa chance. Ce combat, malgré tous les obstacles, et même si je mesure le chemin qui reste à parcourir, il est désormais bien engagé. Il doit nous unir dans la durée. C'est l'une des clés de notre avenir»
.

Comme disait Mr Azouz BEGAG, «il risque de nous manquer ce CHIRAC !»

dimanche, 08 avril 2007

LA DÉMAGOGIE de Mr LE PEN

medium_Le_Pen_Jean-Marie_-_Damien_Lafargue.jpgBien étonnante cette proposition du candidat LE PEN qui, à défaut d’être en bonne position dans les sondages, se prête à préconiser dans son programme - à géographie variable - la dépénalisation de fait des délits de conduite automobile, de remonter de 10 à 20 km/heure les vitesses autorisées, tant dans les agglomérations que sur les routes et autoroutes.

Pour les innombrables victimes, souvent des handicapés à vie (quand il ne s’agit pas purement et simplement de morts laissant derrière eux veuves et orphelins), victimes de ces "fous du volant", il y a de quoi frémir d’indignation.

Mais, outre cet aspect déjà essentiel, on sait que le strict respect des actuelles limitations de vitesse a permis de diminuer fortement les consommations d’énergies fossiles (dont les réserves ne cessent de décroître) ainsi que leurs rejets de gaz à effet de serre.

Et quand il est question de diminuer de nouveau ces rejets de 15% d’ici 5 ans pour "sauver la planète”, on peut se demander si Mr LE PEN n’est pas complètement tombé sur la tête.

Un tel degré d’irresponsabilité le disqualifie totalement quand il prétend vouloir diriger la France ?

Quand la démagogie vous tient....

samedi, 07 avril 2007

DÉRAPAGE VERBAL

L’incroyable "dérapage" de Nicolas SARKOZY sur la pédophilie et le suicide des jeunes

medium_images.50.jpg"C'est glaçant !".

De Corse où il était en déplacement vendredi 6 et samedi 7 avril, François BAYROU a jugé d'une "extrême gravité" les propos tenus par Nicolas SARKOZY dans Philosophie Magazine du mois d'avril. Dialoguant avec le philosophe Michel Onfray, le candidat de l'UMP, y déclarait "incliner à penser qu'on naît pédophile"."Et c'est d'ailleurs un problème que nous ne sachions pas soigner cette pathologie", ajoutait-il.

"Cela voudrait dire que le destin est joué à l'avance, qu'il n'y a aucune place pour le travail de prévention", s'est indigné le candidat centriste. "Je ne crois pas qu'il y ait un médecin, un psychiatre qui puissent entendre ces propos sans frémir", a-t-il ajouté. C’est là le retour de la thèse philosophique de la ”prédestination” qui prétend que nul homme ne peut être maître de son destin.

François BAYROU a estimé que les propos de Mr SARKOZY constituaient "un dérapage très lourd de conséquences". Dans le même magazine, l'ancien Ministre de l'Intérieur considérait également que, ”s'il y a 1.200 ou 1.300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n'est pas parce que leurs parents s'en sont mal occupés mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable" .

"Émettre l'idée que les adolescents qui se suicident le font parce qu'ils sont nés comme ça, c'est ignorer le travail de cicatrisation que l'on peut faire. Ce ne sont pas des propos raisonnables", a dénoncé François BAYROU, jugeant qu'"un point de repère est perdu"."Ces propos sont graves et inquiétants parce qu'ils s'inscrivent en rupture avec l'humanisme, (et parce ) qu'aucune philosophie, aucune religion, aucune école de pensée ne peut les accréditer, a-t-il ajouté. Qu’est-ce qu'on va enseigner en philosophie à nos enfants si le Président de la République pense que la pédophilie est une affaire de naissance ?”

Un précédent, une logique

Pour le candidat centriste, les déclarations de Mr SARKOZY ne peuvent être considérées comme fortuites. L'ancien Ministre de l'Intérieur, rappelle François Bayrou, avait espéré un temps imposer dans son projet de loi sur la prévention de la délinquance, en 2006, un ”dépistage précoce, chez les jeunes enfants (dès l’âge de trois as), des troubles de comportement”, avant d'être contraint à faire machine arrière.

"De dérapage en dérapage, de surenchère en surenchère", la campagne perd son "cadre démocratique", a estimé François BAYROU qui dit "s'interroger" sur le choix stratégique de son rival de l'UMP. "Cherche-t -il à se garantir un report des voix du Front national au second tour ? Mais plus il radicalise ses positions, plus il s'éloigne d'une partie de son électorat", a-t-il ajouté.

François BAYROU s'est, en tout cas, vu conforté dans sa volonté de défendre "une autre idée de l'ordre"."L'ordre, cela commence quand il y a la paix dans les esprits. Si vous choisissez l'affrontement, vous n'avez pas l'ordre mais le désordre”, a-t-il assuré. ”La sécurité vient d'abord de la manière dont les gens se regardent entre eux. S'ils s'acceptent et se comprennent, alors vous avez la sécurité".

Observant la tonalité que ses deux principaux adversaires impriment à leur campagne, le candidat de l'UDF veut au contraire affirmer une volonté de rassemblement et d'apaisement, y compris dans sa manière de mener campagne : "La politique, cela ne se fait pas avec des murs de gardes du corps qui vous protègent. Il faut que les gouvernants soient, dans le peuple, dans leur élément", proclame-t-il.

samedi, 31 mars 2007

CITATION

J'ai reçu d'un de mes fidèles lecteurs "émigré" au Royaume-Uni (Mr Philippe SARRUT) la maxime suivante tirée d'Ortega y Gasset :

"Être de gauche ou être de droite, c'est choisir une des innombrables manières d'être un imbécile : toutes deux, en effet, sont des formes d'hémiplégie morale".

À méditer....

jeudi, 22 mars 2007

QUELLE MAJORITÉ ?

QUELLE MAJORITÉ POUR GOUVERNER ?

On a pu remarquer cette étonnante complicité qui s’est spontanément établie entre les deux complices du système - Mr Sarkozy et Mme Royal - pour, en chœur, “dénoncer” la supposée absence de majorité dont serait privé, à leurs dires, François Bayrou s’il était élu Président de la République.

On croit rêver. Et si on retournait la question ?

Que ce soit l’un ou l’autre de ces deux candidats issus du système que l’on connaît depuis 25 ans - et qui nous a conduits là où nous sommes aujourd’hui - l’un ou l’autre ne pourrait être élu qu’avec un peu plus de 20% des voix, c'est-à-dire contre une majorité de près de 80% des français résolument inconciliables qui n’auraient pas voté pour eux.

Quelle majorité alors pour l’un ou l’autre de ces deux-là s’ils ne veulent pas gouverner contre l’immense majorité des français, ou réduire sensiblement l’écart qui les éloignerait tant d’eux ?

Étant exclu que les amis de François Bayrou puissent se renier - au risque de se faire déconsidérer définitivement aux yeux des français et de l’Histoire - en s’alliant avec l’un ou l’autre des candidats issus d’un système qu’ils n'ont cessé de dénoncer et de combattre, Mr Sarkozy ou Mme Royal devront donc partir à la recherche d’une introuvable majorité, sans le soutien de Mr Bayrou.

Mr Sarkozy aurait-il d’autre choix que de s’associer ou avec Mr Le Pen, ou avec Mr De Villiers. Çà promettrait bien des surprises ! À faire frissonner.

Et dans l’autre hypothèse, si c’était Mme Royal qui était élue, elle serait bien obligée de se tourner, pour élargir un peu sa base, vers le facteur Besancenot, ou Mme Laguiller, ou encore Mme Buffet et, éventuellement, ce qui resterait de verts. Dans le genre “rétro”, il serait difficile de faire mieux.

Alors, et François BAYROU, me direz-vous ? Lui aussi pourrait n’être élu qu’avec seulement un peu plus de 20% des voix, comme les deux autres.

Mais c’est là qu’est toute la différence : François Bayrou formerait aussitôt une coalition avec des femmes et des hommes de bonne volonté issus tant de la gauche aux convictions européennes, de la droite républicaine et du centre, ensemble réunis dans un large mouvement social-démocrate. Et il n’en manquera pas : ce sera plutôt le trop-plein des candidats pour gouverner avec lui ! Et là donc, sitôt élu Président, se formerait donc une large majorité qui pourrait ensuite se présenter devant les électeurs pour former le nouveau Parlement. Donc une majorité beaucoup plus large que ne pourront jamais former ni Mr Sarkozy, ni Mme Royal.

L’art consommé de ces deux-là, on le constate, est donc de tenter, l’un de concert avec l’autre, de mystifier les français en leur faisant croire des sornettes quant à la formation d’une majorité qu’eux n’auront pas et que François Bayrou, lui, a plus de chance de pouvoir fonder beaucoup plus largement, hors les systèmes des clans et des partis.

Mais comme cette vérité-là ils la connaissent bien, ils préfèrent répandre un rideau de fumée et la cacher aux français. Leur mépris des citoyens est insondable.