un compteur gratuit pour votre site web

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 septembre 2009

À PROPOS DE LA TAXE CARBONE

BILLET du 14 SEPTEMBRE 2009

La taxe carbone à la française ?

Cela ne servira à rien !

Sur le plan écologique, c’est une certitude. Sur le plan politique, c’est tout autre chose : nous le verrons plus bas.

SI PENDANT UN SIÈCLE....

taxe-carbone.jpgSi vous le voulez bien, rêvons quelques instants. Supposons que, “grâce” à notre taxe carbone, la France, pendant 1 siècle complet (100 ans !), parvienne à ne plus rejeter dans l’atmosphère un seul gramme de carbone : qu’y aurait-il de changé ? Sur le plan climatique, hélas, RIEN ! Ou presque. Pourquoi ? Parce que si ce type de décision n’est prise que dans notre étroit hexagone, si ce n’est pas une décision collective à l’échelle des continents, voire mondiale, si le reste de l’Europe et les États-Unis, pour le moins ensemble, ne font rien de leur côté d’aussi drastique, le climat restera ce qu’il est avec son implacable réchauffement à la clef.

L’écologie, ou du moins ses grands principes, recueillent actuellement dans l’opinion le succès qu’on lui connaît : les dernières élections (européennes) l’ont montré non sans éclat. Malgré la perspective très controversée de la taxe carbone, il est vrai que les objectifs sont séduisants. Chacun sait très bien que, si on ne fait rien dans le monde, notre planète est en grave danger. Si, notamment, la Chine se mettait à rejeter demain autant de carbone que les USA et l’Europe réunies (ce dont elle en a la capacité, sinon l’ambition), la vie sur notre planète serait condamnée à disparaître au cours des prochaines décennies.

Donc la taxe carbone, à la mode franco-française, n’a, sur le plan écologique, aucun sens. C’est clair.

Lire la suite

mercredi, 09 septembre 2009

À PROPOS DE DROITE ET SARKOZYSME

 

liberte.jpg

BILLET du 9 SEPTEMBRE 2009

La saga des universités d’été vient de s’achever. Chaque parti politique s'est donc plié à ce qui est devenu une sorte de rite dès après la pause estivale.

Il est vrai qu’après les résultats assez inattendus des élections européennes, et à quelques mois seulement de régionales incertaines, nos responsables politiques éprouvent le besoin de prendre le pouls de l’opinion et de leurs propres militants. Et sont déjà présentes en filigrane, les premières préoccupations des présidentielles de 2012.

Je ne m’étendrai pas sur celles des manifestations auxquelles je n’ai pas participé, mais plutôt sur celle où j’étais présent et qui a été au centre de nombreuses interrogations dans quelque formation politique que ce soit : je veux parler de l’Université du Mouvement Démocrate (MoDem). Quelle était donc la position de son leader, François Bayrou, même si les instances qui doivent définir et décider des futures orientations du mouvement ne doivent se réunir que dans quelques semaines pour ce faire ?

Lire la suite

jeudi, 16 juillet 2009

À PROPOS DES NOUVEAUX DISCOURS

BILLET du 16 JUILLET 2009

discours.jpgLa repentance politique semble être devenue en France une nouvelle pandémie dont la contagion s’étend dans toutes les sphères du paysage.

LE TÊTE À QUEUE DE Mr SARKOZY

À en juger - pour commencer - par un article paru dans le Nouvel Observateur et dicté par Mr Sarkozy, il semble que celui-ci opère actuellement un véritable “tête à queue”.

Y aurait-il rupture ? Non : il y a, au contraire, continuité, une continuité qui va bien au-delà de ce qu'on pouvait imaginer. On nous avait dit, il y a peu encore, que le “modèle français” était “hors course”, qu’en raison de la mondialisation il fallait désormais s’inspirer du modèle américain. Or, aujourd’hui, à en croire Mr Sarkozy, voici que le modèle français est devenu soudain “excellent”, et même que la crise actuelle lui donnait une “nouvelle chance”. Cette réhabilitation nouvelle de la social-démocratie “à la française”, qu’hier encore on enterrait, est un événement dont l’importance ne peut échapper aux observateurs de la pensée élyséenne.

Lire la suite

dimanche, 14 juin 2009

À PROPOS D'UN SCRUTIN TRONQUÉ

BILLET du 15 JUIN 2009

Il est de coutume d’affirmer que toute consultation électorale est un sondage en “grandeur nature”. Certes, quand plusieurs millions d’électeurs se prononcent sur un choix, cela vaut mieux que quelques centaines de coups de fil passés par des sondeurs suivant un panel préalablement bien établi.

QUI SONT CES FRANçAIS ?

En ce qui concerne le scrutin des européennes du 7 Juin, leur résultat nous pose cependant plus d’interrogations que de vraies réponses. Quand 6 français sur 10 ont préféré rester chez eux plutôt que de dire leur choix, on peut s’interroger sur le panel de ces 6 français-là : qui sont-ils, quelle est leur sensibilité, que pensent-ils réellement des choix proposés, pourquoi ont-ils préféré ne pas choisir ? Quant aux 4 autres qui ont voté, on peut se poser la même question, qui sont-ils, quelle est leur sensibilité, qu’est-ce qui a motivé leur choix, surtout dans un débat qui n’a pas eu lieu ?

Ni vous, ni moi n’avons de réponse à ces questions. Ce qui oblige à beaucoup relativiser ces résultats sortis d’urnes tant désertées. Mais quand certains s’appuient sur de tels résultats pour claironner ici et là leur propre vérité, on sombre fatalement dans une sorte d’irrépressible ridicule. Un travers qui n’a spécialement rien de bien nouveau dans notre ciel politique....

Lire la suite

mardi, 02 juin 2009

À PROPOS DES RAISONS D'UNE ABSTENTION

BILLET du 2 JUIN 2009

Hans Gert PÖTTERING....

Hans-Gert_Poettering.jpgCe nom vous dit-il quelque chose ? Connaissez-vous cette personnalité ? À part cette photo que j’ai placée ici, l’aviez-vous déjà vu précédemment ?

Sans nous livrer à un nouveau jeu de devinettes, j’entends déjà votre question : “mais qui est-ce donc ?”

Je n’avais pas davantage la réponse il y a peu encore (merci Wikipédia) : Mr PÖTTERING est non seulement un membre du C.D.U. allemand, mais aussi un membre éminent du P.P.E. (Parti Populaire Européen). Mais il est surtout LE PRÉSIDENT en exercice depuis plusieurs années du Parlement Européen ! Rien que çà ! Ce même Parlement que nous sommes tous appelés à réélire ce prochain 7 Juin.

Voici donc une personnalité de premier plan, le Président de la seule instance démocratique des institutions européennes, que des centaines de millions d’européens vont réélire dans quelques jours, voici donc un personnage de proue que nul ne connaît, certainement pas plus d’un français sur plusieurs dizaines de milliers d’électeurs interrogés ! Et si l’on voulait questionner ces mêmes électeurs de façon plus proche pour les inviter à citer le nom de nos députés européens français, combien seraient-ils en capacité d’en citer le nom de deux ou trois ?

Lire la suite

mardi, 12 mai 2009

À PROPOS DU DÉCLIN DE L'UNIVERSITÉ

BILLET du 12 MAI 2009

greve.jpgCe qui se passe actuellement dans certaines universités françaises (dont la prestigieuse Sorbonne) - à savoir que des milliers d’étudiants de toutes origines sont empêchés depuis plusieurs mois d’y suivre quelque cours que ce soit - est d’une gravité dont il semble que beaucoup sous-estiment les retombées. Et même si cela ne touche qu’une minorité de pôles - toujours les mêmes - cela éclabousse, hélas, l’ensemble de l’Université de la République.

NOUS NE SOMMES PAS SEULS AU MONDE

C’est que nous ne sommes pas seuls, dans le monde, à avoir une Université. Une Université, c’est d’abord et surtout un instrument de rayonnement de la culture d’un pays, du pays qui enseigne. Mais c’est aussi, en aval, un développement économique et social boosté, des futurs emplois promis, une influence et une place dans le monde reconnues. La liste des retombées ne s’arrête pas là.

Ceci entraîne donc une vaste compétition entre les différents pays en capacité d’enseigner. Et qui dit compétition, dit aussi classement entre les meilleurs. Toutes les Universités du monde sont donc désormais classées selon la qualité reconnue de leur enseignement : c’est le redoutable classement de Shanghai. “La” référence absolue s’il en est qui sert de couperet impitoyable pour qui prétend accéder aux carrières les plus enviables.

Lire la suite

mercredi, 06 mai 2009

À PROPOS D'ALLIANCES

BILLET du 6 MAI 2009

François Bayrou va-t-il se retrouver au cœur du jeu politique ? Est-ce que la tentation centriste s’empare à nouveau des socialistes après les appels du pied de François Hollande ? (voir numéro spécial de L’Express).

En fait, je crois que cette tentation n’a jamais complètement quitté les esprits de ceux qui, au Parti Socialiste, songent à la présidentielle.

LA GAUCHE EST MINORITAIRE EN FRANCE

Il y a deux données que nul ne peut ignorer :

  • la première est que la droite est actuellement unie autour de Nicolas Sarkozy. Les concurrents internes au parti sarkozyen ont pratiquement été tous engloutis. La gauche, par contre, est divisée comme elle ne l’a jamais été depuis fort longtemps. Même l’extrême-gauche a éclaté en 4 ou 5 courants. Ce fait est fondamental pour envisager toutes les élections à venir.
  • l’autre donnée est, elle, très ancienne : structurellement et depuis très longtemps (déjà Mitterrand le soulignait en son temps), la gauche est minoritaire en France. Ce qui ne veut pas dire pour autant que la droite est toujours majoritaire : car il y a toujours la présence d’un centre charnière entre les deux camps. Et il a d’ailleurs fallu le poids personnel d’un Mitterrand pour inverser exceptionnellement cette réalité-là pendant seulement quelques années. Depuis....


Lire la suite

samedi, 04 avril 2009

À PROPOS de la FRANCE et l'OTAN

otan.jpg

BILLET du 4 AVRIL 2009

En ce 4 Avril, l’OTAN célèbre son 60° anniversaire. Et la France solennise, à cette occasion, sa réintégration pleine et entière dans cet organisme créé à Washington en 1949.

Deux événements bien distincts l’un de l’autre mais qui interpellent tous deux aussitôt.

RALLIEMENT ? OU REVIREMENT

La France désormais, de nouveau, dans l’OTAN, après la décision de De Gaulle, en 1969, d’en sortir aussi bruyamment, est-ce là un ralliement ? Un revirement ? Ou la fin d’une hypocrisie ?

Si l’on reprend le discours officiel, l’on entend que ce serait plutôt la fin d’une hypocrisie qui n’aurait que trop duré.

Lire la suite

dimanche, 22 février 2009

À PROPOS DE L'ÉVOLUTION DE L'OPINION

BILLET du 22 FÉVRIER 2009

Beaucoup d’eau va encore couler d’ici 2012, année de la prochaine élection présidentielle. Rien de ce qui peut être dit aujourd’hui ne peut être vérité d’un lendemain encore si lointain.

2012.png Et, pourtant, des chiffres tombent qui forcent à réfléchir sur les évolutions de l’opinion vues à travers des sondages successifs.

L’approche des élections européennes les fait abondamment fleurir. Et, aussitôt, les imaginations s’enflamment. Il est vrai aussi que nous vivons dans une période où toutes les certitudes sont ébranlées comme elles ne l’ont jamais été depuis plusieurs décennies. L’avenir est sombre et incertain pour beaucoup, y compris pour nos nations elles-mêmes. Les déclarations des uns ou des autres se succèdent, tous voulant donner un point de vue dont on peut s’interroger sur leur réelle pertinence, quand on ne les soupçonne pas de bâtir surtout leurs propres stratégies politiques en une période où les inquiétudes aiguillonnent les attentions.

DES CHIFFRES QUI SURPRENNENT

Que nous révèlent donc aujourd’hui ces premiers chiffres ?

Lire la suite

dimanche, 01 février 2009

À PROPOS DU NÉGATIONISME

BILLET du 1er FÉVRIER 2009

benoit.jpgUne,tempête s’est levée au sein de l’Église catholique, sitôt connue la décision de Benoît XVI de réintégrer en son sein quatre évêques intégristes jadis excommuniés par Jean-Paul II. C’est tout le concile Vatican II qui est aujourd'hui mis à mal.

Mais, au-delà de ce virage idéologique, il y a le cas de la réintégration de cet “évêque” britannique - Richard Williamson - qui affirme, dans une odeur de scandale qu’il semble affectioner, qu’aucun  juif n’a jamais été tué dans une chambre à gaz. Et il rajoute même que le 11 Septembre 2001 (attentat à New-York contre les deux tours du World Trade Center) est le "plus grand mensonge du siècle”.

EST-IL DEVENU NÉGATIONISTE ?

Quand on entend cela et que l’on apprend que Benoît XVI a réintégré cette sorte d’individu prétendu évêque, on peut se demander si Benoît XVI est soudain devenu ou intégriste ou négationiste lui-même.

Je suis persuadé, quant à moi, qu’il n’en est rien. Même si cette décision sera vraisemblablement l’une des plus grandes erreurs de son pontificat, il montre par là qu’il n’est pas du tout un politique avisé : il met l’unité de l’Église au-dessus de tout, ce qu’on peut comprendre du point de vue d’un pape. Mais çà le conduit à commettre de graves erreurs.

La première de ses erreurs a été le discours de Ratisbonne qui a mis le monde musulman à feu et à sang, ce qui n’était pas très heureux en soi, même si, sur le fond, l’éminent théologien qu’on sait avait sa part de vérité dans ce discours. (voir mon billet "À propos du rationalisme" du 24/09/2006).

Mais ici, pour cette nouvelle erreur, on ne peut pas dire que Benoît XVI ne savait rien à propos de ces évêques intégristes : on savait parfaitement à qui on avait à faire, et il n’y a pas que l’évêque Williamson dont on savait qu’il n’était qu’un grand “barjot” délirant, négationiste antisémite, bien connu dans les milieux néo-nazis. Il suffisait aussi de passer devant ce qui fut l’église St Nicolas du Chardonnet à Paris, à la grande époque de la révolte de Mr Lefebvre, pour voir ce que ses fidèles diffusaient devant l’église : on n’avait à faire qu’à des gens qui étaient plus à droite encore que Le Pen lui-même, de véritables nazillons, des révisionnistes, ou encore de parfaits négationistes.

Lire la suite